Rencontre (3/18)

J’en étais là de ces considérations générales quand une voix lointaine, mais familière cependant, s’éleva dans mon dos et prononça mon nom…

 

C’était une voix douce, chaleureuse, tendre. Une voix bleue, qui avait un je-ne-sais-quoi, un je-ne-sais-quoi avec un goût de miel. Une voix que je ne croyais pas connaître, et qui pourtant m’était plus intime qu’aucune autre, qui résonnait en moi comme un souvenir doux, comme la promesse d’un bonheur certain. Je me retournai, le cœur battant et une chaleur inconnue au fond du torse, cherchant des yeux l’origine de cette voix d’or que j’aperçus enfin, à quelques dizaines de mètres. C’était une jolie et charmante jeune femme brune s’en venant vers moi, la posture altière et le corps tout entier vêtu d’une indicible grâce. De son chemisier blanc aux deux premiers boutons ouverts jaillissait une gorge ample soutenant une figure fraîche et rieuse dans laquelle deux yeux vairons, vert et marron, comme deux fentes creusées sur la porte du Paradis se reposaient, lascifs, sous l’ombrage tendre de ses cils épais. Je compris qu’elle était –


Non. Attendez. C’est de la merde. J’avais dit que je voulais pas d’histoire d’amour, et là je sentais venir l’histoire d’amour pourrie. Je demandai à l’auteur de rencontrer quelqu’un d’autre et, à ma grande surprise, il accepta.



Épisode suivant